Hetalia - Autour du Monde

Imaginer un monde comme Hetalia, où chaque personne représenterait un pays, et où même les guerres seraient amusantes et drôles...
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Until the end. [tous]

Aller en bas 
AuteurMessage
Spain
Admin : Plus ultra~
Spain

Messages : 379
Date d'inscription : 21/02/2011

On a tous une histoire...
Alliances, Relations, etc...:
Anything to Say ?:

Until the end. [tous] Empty
MessageSujet: Until the end. [tous]   Until the end. [tous] EmptySam 13 Juil - 16:32

«Une terrible épidémie a commencé à se répandre en Afrique... Des milliers de morts sont déjà déclarés...»
«La maladie est désormais présente en Asie... Elle devrait atteindre l'Europe d'ici une semaine... Les autorités sont sur le qui-vive...»
«L'ONU s'organise pour éviter la contamination des Amériques... Un programme de recherche devrait se former sous peu pour essayer éradiquer le virus...»
«Un cas a été déclaré à Mexico... On exige que tous porte un masque et se lave les mains régulièrement... Les abreuvoirs de la ville ont été coupés afin d'éviter une propagation trop grande...»
«On compte désormais 173 morts au Mexique... 56 au Brésil et en Argentine... La pandémie semble être désormais dans chaque pays...»
«La plupart des populations sont décimées... Il ne reste que 17% de la population non-infectée selon une étude récente... Les chances que tout revienne à la normale sont désormais minimes... L'ONU a exigé que toute population non infectée devait se diriger vers l'Amérique du Nord, section la moins touchée pour l'instant...»
«Certains disent que ce fléau nous tombe dessus car nous n'avons pas assez pris en compte l'environnement, nous avons été égoïstes à vouloir tout accaparer et ne rien laisser aux autres. Nous avons été égoïstes à créer des inégalités sociales, à faire en sorte que certains soient des gaspilleurs de renom et que d'autres meurent de faim à chaque jour. Nous avons été égoïstes à s'entre-tuer pour des motifs de religion ou d'argent alors qu'il aurait fallu se tenir la main. Nous avons été égoïstes, et cette maladie sera le tombeau de la société humaine.»
«Peut-on encore dire qu'il y a de l'espoir ? Tant qu'il y aura une personne qui sera en vie et saine d'esprit, il y aura de l'espoir. Ne laissez pas cette planète dépérir. Tenez-vous debout. Battez-vous. Soutenez-vous. À plusieurs, on est plus forts. Restez unis. Unis contre ce virus... et les infectés.»


---

Spain tourna les boutons de la radio négligemment. Bien entendu, plus rien ne passait sur les ondes, de même que pour la télé. On entendait qu'un faible son, mais pas de voix. Cela faisait longtemps qu'il avait écouté la radio. Il ne se rappelait même plus de la dernière fois. Il n'avait sûrement pas conscience qu'à ce moment-là, la situation allait dégénérer et être celle où il se trouvait actuellement. Il ferma la radio après avoir inspecté chaque poste. Rien, comme d'habitude. Ce n'était plus l'espoir d'entendre le son de la voix de quelqu'un, c'était devenu une simple habitude. S'assurer qu'il n'y avait plus personne non-infecté dans le monde. Plus personne à part les nations.

Et ils tiendraient debout. Jusqu'à la fin. Until the end.

_________________
Until the end. [tous] 111001050251698917

My heart's a stereo
It beats for you, so listen close
Hear my thoughts in every note

Make me your radio
Turn me up when you feel low
This melody was meant for you
Just sing along to my stereo ..
Revenir en haut Aller en bas
https://hetaliaautourdumonde.forum-canada.com
England
It's ''learnt'' not ''learned''
England

Messages : 669
Date d'inscription : 01/03/2011

On a tous une histoire...
Alliances, Relations, etc...:
Anything to Say ?:

Until the end. [tous] Empty
MessageSujet: Re: Until the end. [tous]   Until the end. [tous] EmptyDim 14 Juil - 4:42

England referma doucement son livre en soupirant. Que faire maintenant? Il avait bien espéré que son île ne soit pas touchée par la contamination, mais puisque celle-ci avait réussit à traverser l'océan, il était certain qu'elle pouvait atteindre une île aisément. Il n'avait pas fallut longtemps, après que la France soit tombée, pour que l'Angleterre suive le pas et force son représentant à s'exiler sur le continent Américain.

Peu d'hommes, femmes et enfants avaient été du voyage en fait. Un simple avion régulier aurait suffit à transporter tous ces anglais en Amérique. Ils ne devaient pas être beaucoup plus qu'une cinquantaine. une cinquantaine de personnes, alors que l'île de grande-bretagne comptait 63 200 000 habitants autrefois. Probablement était-ce parce que plusieurs avaient été oubliés et laissés pour mort sur le petit bout de terre, mais qu'est-ce que ça aurait changé..?

England soupira de nouveau avant de s'étirer et se lever, posant son livre sur son fauteuil. Les temps avaient bien changé depuis le dernier recensement de la population mondiale, il y quoi..? Quelques semaines tout au plus? Pour leur sécurité et augmenter les chances de survie, toutes les nations avaient été déplacées dans un hôtel. Un grand immeuble américain possédant un nombre immense de chambres. Les escaliers avaient été barrés, pour empêcher l'accès aux étages supérieurs et un seul ascenseur était encore en service, pour pouvoir quitter et revenir dans l'immeuble, sans toutefois permettre à des masses énormes de contaminés d'atteindre les occupants. Pour compléter l'isolation, personne ne se trouvait sur les premiers et deuxièmes étages et le centre des caméras de surveillance avait été déplacé au troisième, dans une pièce juste à côté de l'ascenseur, pour que l'on puisse voir si l'accès était libre avant de descendre.

Bien des précautions, mais probablement failliraient-elles, pensa l'anglais. Les films de zombies et de contamination à l'échelle mondiale ne se terminaient jamais bien. Même lorsque l'on recensait tous les cas sur une seule et simplette île, qui était par la suite évacuée, un drame arrivait et pouf, s'en était fini.. Du haut de sa chambre au 6e étage, le représentant de l’Angleterre observa l'horizon. Tout était calme, même le ciel. D'un gris mat et qui ne semblait plus vouloir l'abandonner, le plafond de l'humanité semblait vouloir empêcher le soleil de briller éternellement, ce qui réduisait aussi les récoltes et les quantités de nourriture.

Ne tenant plus à être tout seul, England descendit au 5e étage, où une salle de séjour avait été aménagée. Peut-être pourrait-il être mis au courant des plans en développement, ou tout simplement discuter avec d'autres habitants de l'immeuble.

Peut-être le soleil brillerait-il de nouveau...
Revenir en haut Aller en bas
Costa Rica
Guerilla!
Costa Rica

Messages : 778
Date d'inscription : 03/04/2011

On a tous une histoire...
Alliances, Relations, etc...:
Anything to Say ?:

Until the end. [tous] Empty
MessageSujet: Re: Until the end. [tous]   Until the end. [tous] EmptyDim 14 Juil - 10:58


Tic, tac, tic, tac
Les bruits qui émanaient de sa montre étaient encore réguliers, constants. Ils ne faiblissaient pas. Ils ne s'arrêtaient pas. Et, pour Costa Rica, l'oreille collée au verre de la montre, cela signifiait beaucoup. Les yeux ouverts, elle attendait, espérait. Mais quoi au juste ? Ses yeux avaient du rire autrefois, avant de voir, avant de perdre la vue. Aujourd'hui ils étaient vides, livrés à l'horreur, absents, simplement ailleurs.

D'abord, son regard s'était posé sur ce qui avait été Mexico ; puis s'était planté dans les yeux pleins de larmes Argentine, quand celui-ci, mordu à l'épaule, lui avait ordonné de fuir. Au début, Costa n'avait pas compris. Ou peut-être pas voulue comprendre. Et puis elle était partie en courant. Maintenant ces images, du moins la souffrance occasionnée par elles, s'étaient transformées en un traumatisme physique et mental. Fernanda pensait de plus en plus, comprenait de moins en moins, attendait des nouvelles, un signe de vie, quelque chose. Mais rien ne venait. Alors elle décida de s'enfermer en elle-même, de chercher la sortie de cette horreur qui semblait échapper à tous, Dieu et Diable compris.

Et l'annonce vint. L'Amérique du Nord, moins touchée ? ... Le froid. C'était ça qui devait ralentir l'infection. Cela expliquait parfaitement que ses frères eurent étés dans les premiers touchés. Mais, si c'était une question de température, comment se débrouillait Russia ? Et Spain ? Et Taiwan ? Et tout les autres ?! Étaient-ils... Non, ils étaient vivants ; aussi sûr qu'elle s’appelait... Fernanda. Oui, c'était surement ça, son nom. Elle avait été sur le point de l'oublier.

Alors Costa prit une décision. De ne plus jamais laisser mourir quiconque. Elle partirait pour le Nord, et tacherait de retrouver les autres nations. Ce n'était plus l'heure de s'apitoyer sur le sort de l'humanité. Il était temps d'agir, pas de se cacher.

Tic, tac, tic, tac.
Cette camelote marchait encore, inébranlable. Au moins une chose dans ce monde de fous ne l'était pas. Le temps poursuivait son cours. Au fond d'elle, Costa Rica avait espérée que la vie reprendrait son cours, normale, régulière, constante, semblable aux cliquetis de cette montre.
Maintenant cette montre était tout ce qui lui restait.
Son morceau de vie à elle.
Cette pensée la réconforta.

Le trajet avait été pénible, mais c'était toujours mieux que de rester. Elle n'avait plus eu aucunes nouvelles de ses frères et sœurs mais, au fond de son cœur, elle savait qu'ils étaient perdus à tout jamais. Mais Costa s'était promise de ne plus pleurer. Sauf qu'elle n'avait pu sauver personne, et se sentait si lâche qu'elle avait faillie faire voler sa promesse en éclats. Et puis on lui annonça qu'ils allaient atterrir. Et elle redevint forte.

On pressa l'interrupteur, et les portes métalliques s'ouvrirent. Fernanda y rentra seule. Ce n'était pas des humains qui l'attendrait en haut. Qui avait survécu ? Qui avait succombé ? Beaucoup de ses questions seraient résolues, en haut. Mais Costa Rica ne pensait à rien. Elle attendait, simplement.

Tic, tac, tic, tac.
C'était calme, serein, rassurant.


Les portes s'ouvrirent et la jeune femme sortie.

Revenir en haut Aller en bas
Romano
Il paese dei pomodori e delle pizze
Romano

Messages : 57
Date d'inscription : 27/03/2011

On a tous une histoire...
Alliances, Relations, etc...:
Anything to Say ?:

Until the end. [tous] Empty
MessageSujet: Re: Until the end. [tous]   Until the end. [tous] EmptyLun 15 Juil - 17:30

Comment ils en étaient arrivés là ?

Cette question obsédait littéralement Romano depuis que l'état d'alerte de l'épidémie avait recommandé même obligé les survivants à rejoindre le nord de l'Amérique. Quel ironie ! Cet exil lui rappelait très étrangement celui qu'il connu à la fin du XIXe siècle. Bien que les raisons avaient été différentes à l'époque.

Son portable à la main il écrivait un autre message. Encore un. Il ne savait plus du tout à combien il en était rendu ni même s'il aurait la moindre réponse à un moment ou un autre. Tous destinés au deux mêmes personnes. Ses deux cadets. Certes, l'italien n'est pas du genre très émotif au point de montrer qu'il tient aux autres, mais ses deux frères ... Ça s'était sacré à ses yeux. La dernière fois qu'il avait eu des nouvelles d'eux, Veneziano était avec l'autre "bouffeur de patates" comme il affectionnait tant de surnommer le germanique. Tandis que Seborga ... et bien ... il ignorait encore l’endroit où il se trouvait.

Et puis les autres ? Sa "famille" adoptive ? Rien. Le néant total. Et puis il faut bien avouer qu'il ne savait pas trop comment leurs demander s'ils allaient bien. Déjà pas par un message du style "Hé! Encore en vie ?!". D'un autre coté, Romano espérait bien les revoir dans l'immeuble. San Marino, Vatican qui dès le début de la pandémie avait hurler haut et fort qu'il s'agissait d'une punition divine. Peut être en était ce une après tout. Et Belgique et Pays-Bas dans tout ça ? Pareil, pas de nouvelles depuis longtemps. Quant à l'espagnol, disons que quelque chose en lui lui disait qu'il était encore en vie. Après tout, n'avait il pas vu Espagne partir de nombreuses fois en guerre et revenir, couverts de blessures certes mais toujours vivant? Si et pour preuve, il était celui qui lui mettait touts les bandages dans lesquelles l'ibérique se retrouvait.

Romano rangea l’appareil dans sa poche en arrivant finalement devant le bâtiment. Il voulu prendre l’ascenseur. Occupé. Lorsqu'il voulu se rabattre sur l'autre option, les escaliers il pu constater que ceci étaient impossible à accéder.  Il fallait donc qu'il prenne l’ascenseur.

Après quelques secondes d'attente, l'italien appuya sur le bouton pour l'appeler avant que celui ci ne s'ouvre. Plein d’appréhension il y rentra avant de presser le bouton qui le mènerait au 5ème étage.

Il ne devait pas tomber, pas lui, surtout pas lui. Il fallait vivre pour Veneziano, pour Seborga.
Et pour qui d'autres ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Until the end. [tous] Empty
MessageSujet: Re: Until the end. [tous]   Until the end. [tous] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Until the end. [tous]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]
» [UPTOBOX] Un Heureux événement [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hetalia - Autour du Monde :: Section RP :: Autres-
Sauter vers: